Souscrire à un prêt immobilier : VRAI / FAUX


Les taux de crédit immobilier sont au plus bas et atteignent un record historique cette année. Certaines banques descendent en dessous de 1% selon les conditions du crédit.

C’est le moment d’acheter un bien immobilier !


Cependant, souscrire à un prêt immobilier peut parfois s’avérer être un vrai casse-tête. Voici quelques conseils pour vous aider à démêlez le vrai du faux.

Découvrez nos conseils en 10 points :

1. L’apport personnel est obligatoire pour l’obtention d’un prêt immobilier ?

FAUX.

L’apport personnel est la somme dont vous disposez et que vous allez inclure à votre prêt immobilier. Évidemment, plus l’apport est important, plus les banques sont rassurées.

Cependant, il n’est pas obligatoire ! Certaines banques acceptent de prêter à des ménages qui n’ont pas d’apport personnel pour un prêt immobilier. C’est ce qu’on appelle un prêt à 110% puisqu’il va également inclure les frais de notaire.

Évidemment, une situation stable avec CDI (ou profil fonctionnaire) sera nécessaire.



2. Plus l’apport personnel est important, plus le taux est négociable ?

VRAI.

Évidemment à contrario, plus l’apport est important, plus la somme que vous empruntez est faible proportionnellement et plus la marge de négociation avec le banquier est forte. Nous vous conseillons d’aller voir plusieurs banques afin de trouver le taux et les conditions les plus intéressantes pour vous ou encore un courtier, qui s’occupera de toute la partie négociation avec les banques pour vous.



3. Un contrat de prêt immobilier doit être lié à un contrat de vente ?

VRAI.

Le prêt immobilier est forcément lié au contrat de vente puisqu’il fait partie des conditions suspensives dans le compromis de vente. Il ne peut être accordé sans.



4. On peut choisir de rembourser son prêt mensuellement, trimestriellement ou semestriellement ?

VRAI.

Cela fait partie des conditions que vous pouvez négocier au préalable avec votre banquier. Attention, il vaut mieux en parler en amont de la signature et non de renégocier une fois le contrat signé.



5. Lors d’un remboursement anticipé, il existe un taux de pénalité maximum que la banque peut vous demander sur le capital restant dû ?

VRAI.

En cas de remboursement anticipé et si cela n’a pas été négocié en amont dans l’offre de prêt, la banque peut vous demander un taux maximum de 3% sur le capital restant dû.



6. Vous devez obligatoirement payer des pénalités si vous remboursez votre prêt par anticipation ?

FAUX.

De la même façon que de négocier le remboursement de façon mensuelle, trimestrielle ou semestrielle, vous devez vous attarder sur la clause de remboursement qui peut effectivement prévoir des pénalités pour un remboursement anticipé (au maximum 3%). Ce n’est en aucun cas obligatoire et cela se discute avec la banque.



7. Si vous souhaitez conserver de la trésorerie, vous devez allonger la durée de votre crédit ?

VRAI.

Si vous souhaitez une mensualité la plus basse possible afin de conserver de la trésorerie, il faut penser à allonger la durée de votre prêt jusqu’à 25 voir jusqu’à 30 ans (ce qui en pratique, est assez difficile à obtenir). Si vous avez moins de 40 ans et que vous êtes en bonne santé, vous pouvez généralement emprunter sur 20 ans sans problème. D’ailleurs les banques prêtent de plus en plus sur du long terme puisqu’en 2018, 30% des prêts accordés l’étaient pour une durée de plus 25 ans contre à peine 14,4% en 2014 (Crédit Logement/CSA). Les chiffres devraient rester sur cette même lancée pour l’année 2019.



8. Si vous empruntez sur 30 ans, vous pouvez empruntez une somme deux fois plus importante que sur 10 ans ?

VRAI.

Le ratio entre le fait d’emprunter sur 10 ans ou sur 30 ans est du simple au double. Même le fait d’être engagé avec la banque pendant aussi longtemps peut parfois paraitre effrayant, il peut aussi être une solution pour avoir un bien plus confortable et/ou des mensualités plus basses.



9. Si vous êtes jeunes et que vous ne trouvez pas de location abordable, emprunter sur une longue durée permet quand même de devenir propriétaire ?

VRAI.

Effectivement, le fait d’acheter au lieu de louer peut parfois permettre de sortir moins d’argent mensuellement. Il faudra toutefois que l’emprunteur ait une situation stable et un taux d’endettement qui ne dépasse pas 33%. Cette situation se constate davantage en Province, qu’en région Parisienne, du fait est de ses prix plus bas.



10. Emprunter après 60 ans, c’est possible ?

VRAI.

Rassurez-vous, si vous avez passé les 60 ans, il est tout de même possible de contacter votre banque pour une demande de prêt immobilier. Les seniors en quête de financement sont maintenant aussi courtisé par les banques. Les taux proposés seront à première vue les mêmes, par contre la durée du prêt sera bien sûr revue à la baisse et n’excèdera pas 10 ou 15 ans. Cela peut donc influer sur les mensualités qui seront plus élevés.



Nous vous conseillons quoi qu’il en soit de ne pas vous contenter d’aller voir uniquement votre banque lorsque vous recherchez un prêt bancaire. Cela permet de faire jouer la mise en concurrence pour bénéficier de conditions plus attractives. Pensez aux courtiers, qui peuvent parfois vous apporter des solutions et vous faire gagner du temps !

Quoi qu’il en soit, les taux étant historiquement bas, c’est le moment ou jamais de penser à faire un crédit immobilier, que ce soit pour une résidence principale, secondaire, ou encore un investissement locatif.

Si vous êtes déjà sur le point d’acheter, rendez-vous sur notre article « 9 points à vérifier avant tout achat immobilier ».
Image

Derniers Articles

Agent Immobilier, accédez à vos offres.

Vous êtes un professionnel de l'immobilier ?

Gagnez en visibilité sur votre secteur !