Your browser does not support JavaScript!Comment vendre vite et bien son logement ?

Comment vendre vite et bien son logement ?

Lorsque l’on souhaite mettre son bien en vente, on se pose beaucoup de questions. De l’estimation à la vente, il se passe de nombreuses étapes. Comment procéder et par où commencer ? Voici quelques indications pour s’y prendre au mieux.

12 conseils pour vendre vite et bien son logement

À la mise en vente

Conseil n°1 : Ne pas surestimer votre bien

Lorsque vous comparez votre bien avec les annonces qui sont déjà en ligne, il faut savoir que vous ne pouvez pas totalement vous y fier. En effet, les annonces sur Internet sont bien souvent le reflet des prix espérés par les vendeurs, mais ne représentent pas les prix réellement obtenus à la vente.

De plus, il n’est évident de comparer plusieurs biens en se basant uniquement sur une annonce et des photos. De nombreux facteurs doivent être pris en compte comme le vis-à-vis, l’exposition, le quartier et le voisinage, etc. qui ne sont généralement pas perceptibles sur une simple annonce.

Pour avoir une idée des prix réellement pratiquées autour de vous, vous pouvez consulter notre outil dédié.

Conseil n°2 : Ajuster la marge de négociation

Vous pouvez potentiellement prévoir une légère marge de négociation lors de votre mise en vente mais ne soyez pas trop gourmand. N’allez pas au-delà de 10 000 euros pour un bien en dessous de 300 000 euros.

Un bien qui apparait avec un prix vraiment trop élevé verra ses chances de vendre rapidement amoindrie dès les premiers jours.

En effet, les acquéreurs d’intéressent à la nouveauté et si le bien est trop cher, il restera sur le marché. S’il reste trop longtemps et que vous baissez le prix, même les acquéreurs qui auraient pu être intéressé au départ, vont supposer que le bien a un problème s’il n’est pas encore vendu, et cela va les dissuader d’appeler ou de venir visiter.

Conseil n°3 : Présenter votre logement sous son meilleur jour.

Lorsque des potentiels acquéreurs vont venir visiter, il faut qu’ils puissent se projeter rapidement. Si vous avez des menues réparations à faire, faites-les en amont.

Par exemple, un joint de salle de bain à refaire, un lavabo qui goutte ou encore une peinture abimée peuvent donner l’impression que le bien n’est pas bien entretenu. Cela pourrait fournir des arguments à l’acquéreur pour négocier le prix alors que cela vous couterait peu de faire cet entretien, qui donnera un « coup de neuf » au bien.

Si vous avez des murs à repeindre, privilégiez les tons les plus neutres possibles.

Essayez également de désengorgez le bien au maximum : évitez les bibelots et les éléments de décoration trop personnel afin de permettre aux acheteurs de se projeter plus facilement dans les lieux.

Conseil n°4 : Préparer un dossier administratif

Si vous déléguez votre vente, le professionnel vous déchargera de cette partie en créant un dossier à remettre à l’acquéreur pour vous.

Si vous souhaitez vendre seul, il vous faudra prévoir de quoi répondre à toutes les questions des potentiels acheteurs. L’idéal est de se constituer un dossier qui regroupe toutes les informations utiles : avis de taxes d’habitation, taxes foncières, montant des charges de copropriété, derniers PV d’assemblée générales, facture d’électricité, diagnostics techniques obligatoires, etc.

Vous gagnerez du temps et ne donnerez pas l’impression d’avoir quelque chose à cacher. Les acquéreurs sauront apprécier.

Conseil n°5 : Gérer les visites

Si vous déléguez votre vente, l’idéal est de laisser le professionnel de l’immobilier faire ses visites seul et de ne pas interagir pendant les visites, En effet, il saura exactement quoi dire et comment présenter le bien pour le mettre en avant et répondre à toutes les potentielles objections des acquéreurs avec répartie.

Si vous gérez votre vente seul, il faudra laisser de côté votre affecte lié au bien pour le présenter d’une façon la plus rationnelle possible.

Tout le monde ne partage pas vos goûts (et c’est bien normal), donc il faut prendre soin de présenter votre logement et ses atouts avec beaucoup d’objectivité : le quartier, l’état du bien, etc., sont des éléments objectifs alors que la décoration par exemple, ne l’est pas.
Ne vous montrez pas fermé à toute négociation.

Conseil n°6 : Attention à la solvabilité de votre acquéreur

Vérifiez la solvabilité de votre acquéreur est indispensable avant de s’engager. En effet, la vente n’aura pas lieu si l’acquéreur se désiste, notamment parce qu’il n’aurait pas obtenu son prêt bancaire.

Il est donc nécessaire, avant de signer l’avant-contrat, de s’enquérir de son plan de financement et si possible de ses revenus. Cela donne une indication sur ces chances d’obtenir son crédit.

Si vous avez plusieurs offres que vous êtes pressé de vendre, il est parfois plus prudent de préférer l’offre qui émane de l’acquéreur le plus solvable, même si ce n’est pas la plus haute.

Cela vous fera bien souvent gagner du temps sur la vente.

Un à deux mois après la mise en vente du bien

Conseil n°7 : Réagir sans tarder

Votre bien est en vente depuis un à deux mois et vous ne recevez peu ou pas d’appel ? Il faut réagir et chercher à comprendre pourquoi.
Si votre bien est situé dans un petit village en milieu rural où les délais de vente sont généralement longs, pas de panique.

En revanche, si le bien se situe en pleine agglomération où le marché est dynamique, il faut se poser des questions et modifier votre stratégie.
De même si le bien a eu plusieurs visites mais qu’aucune d’entre elle ne s’est conclue par une offre d’achat, même en dessous du prix.

Conseil n°8 : Améliorer la qualité de votre annonce

Plusieurs axes peuvent être travaillé sur votre annonce.

Tout d’abord, à quoi ressemble les photos ? Sont-elles suffisamment claires et prises dans le bon angle ?

Cela vaut parfois la peine de faire appel à un photographe qui vous fera des photos de bonne qualité. De même si vous faites appel à un professionnel de l’immobilier, vos photos seront plus qualitatives et votre bien mis d’avantage en valeur.

Il faut également revoir le texte : Est-il suffisamment explicite sans être pour autant trop « élogieux » ? En effet, des annonces au texte parfois trompeur occasionnent la déception une fois l’acquéreur sur place.

Si le logement est situé dans une commune peu connue, vous pouvez citer dans votre annonce la grande ville la plus proche (en précisant bien sûr à combien de kilomètres elle se situe pour ne pas porter à confusion).

Conseil n°9 : Revoir le prix

Bien souvent, lorsque le bien ne se vends pas, c’est parce que le prix de vente affiché est trop élevé et les acheteurs potentiels ne prennent même pas la peine de discuter le prix et de faire une offre car ils n’ont pas d’espoir de le faire baisser suffisamment.

D’autant plus en grande agglomération où la demande est forte, si votre bien est présenté trop cher, les candidats acquéreurs ne s’arrêteront même pas sur votre annonce car il est hors marché.

Pour une estimation précise de votre bien, l’idéal est de faire appel à un agent immobilier local, qui a déjà vendu des biens dans votre quartier. Il saura exactement ce qu’il en est et connaît parfaitement la cible d’acquéreurs à laquelle vous vous adressez.

Les estimations en ligne peuvent vous donner une fourchette de prix mais ne remplace une vraie estimation sur place.

Conseil n°10 : Retirer le bien de la vente quelques temps

Plus le bien est sur le marché longtemps, plus il y a de chances que les potentiels acquéreurs ne s’intéresse pas au bien, pensant que si le bien n’est pas vendu après X temps, c’est qu’il a un problème avec celui-ci.

Retirez l’annonce quelques temps pour repartir sur de nouvelles bases peut parfois être bénéfique. Refaites faire des photos, revoyez votre prix, modifier le texte de l’annonce…

La meilleure saison pour vendre est bien souvent le Printemps, voir le début de l’été, période idéal pour republier votre annonce donc.

Les acquéreurs peuvent plus facilement planifier un changement de logement et un changement d’école pour les enfants à cette période.
De plus, les biens sont souvent d’avantage mis en valeur puisque plus lumineux.

Conseil n°11 : Déléguer sa vente

Confier la vente à un professionnel de l’immobilier peut vous décharger et vous permettre de vendre plus vite et bien souvent à un meilleur prix.

Si vous aviez déjà confié votre bien à un agent immobilier et que le bien n’est toujours pas vendu, faites un point avec lui pour savoir quels sont les points de blocage liés à la vente de votre logement.

L’idée est d’identifier le problème pour ne pas laisser le bien sur le marché trop longtemps.

Si vous n’êtes pas tenu par un mandat exclusif, vous pouvez retirer le bien pour la confier à un autre professionnel de l’immobilier de votre secteur.

Conseil n°12 : Bien choisir le professionnel qui vous accompagne

Confier la vente de son bien à un professionnel de l’immobilier, c’est un gain de temps et bien souvent une économie d’argent liée au temps passé mais faut-il encore bien choisir son agent immobilier avant la mise en vente.

Bien choisir son agent immobilier est donc primordial et c’est pourquoi sur QuelAgent.fr nous vous offrons la possibilité de comparer les offres, les services et les tarifs des professionnels de votre secteur en toute transparence.

Choisissez l’agent immobilier qui corresponds le mieux à vos besoins et qui connait le mieux votre quartier. Cela est gage que l’estimation qu’il vous fera sera juste et qu’il connait très bien la typologie d’acquéreurs dans votre secteur.

De plus, chaque professionnel de l’immobilier spécialisé sur un secteur a déjà une liste d’acquéreurs potentiels dont les attentes pourraient correspondre à votre bien.
Accéder à la carte des biensJ'accède à la carte des bien !

Derniers Articles

vague
Agent Immobilier, accédez à vos offres.

Vous êtes un professionnel de l'immobilier ?

Gagnez en visibilité sur votre secteur !

Nous utilisons quelques cookies 😀